forum sur Frontignan et ses environs

forum de discussion
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 FNACA CACA FIGARO COLLABO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Albaroc



Nombre de messages : 339
Date d'inscription : 24/07/2008

MessageSujet: FNACA CACA FIGARO COLLABO   Jeu 25 Nov - 8:36

Twisted Evil


Vous devez savoir que la FNACA, dans les pages du Figaro, a demandé au Président de la république de se rapprocher du gouvernement de l'Algérie pour réaliser une rencontre amicale avec le président algérien du même style que celle qui avait été réalisée par Mitterrand et Kohl pour sceller l'amitié franco-allemande à Verdun... Vous voyez ce que cela peut représenter pour ceux qui ont été massacrés par le FLN. On confond le geste d'un président qui a traité avec des hommes de bonne volonté qui n'étaient pas des nazis et les assassins du FLN que l'on érige en victimes.... de la France évidemment. Je me permets de vous transmettre une lettre adressée au Figaro par un représentant du Cercle Algérianiste qui a donné son autorisation pour la faire connaître. Il faut savoir que le Figaro n'a pas daigné répondre ....



Lettre-au-figaro-FNACA-FIGARO.pdf


affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SantoniA

avatar

Nombre de messages : 842
Date d'inscription : 28/11/2009

MessageSujet: Re: FNACA CACA FIGARO COLLABO   Ven 26 Nov - 6:17

cheers

HONTE A LA FNACA !


Le 26 mars 1962 à Alger, de gaulle fait assassiner dans le dos et achever à bout portant des hommes, des femmes, des enfants Français, dont les seules armes étaient des drapeaux français, vous auriez trop peur d’être obligés de reconnaître qu’il ne s’agissait plus, alors, d’une guerre, mais d’une boucherie perpétrée par des armes françaises activées par des hommes portant un uniforme de l’armée française !


Massacre de la Rue d'Isly


Et comme une vérité en appelle une autre, vous seriez obligés de reconnaître, aussi, l’abandon de toutes les populations d’Algérie aux mains sanglantes du FLN, vous seriez obligés de reconnaître que le Chef de l’Etat français de l’époque a laissé volontairement s’accomplir à Oran, le 5 juillet 1962 et les jours suivants, un pogrom programmé visant à l’extermination des citoyens français au cours duquel périrent, dans des atrocités indescriptibles, près de QUATRE MILLE de nos nationaux !




Et puis, vous seriez obligés de reconnaître, de plus, la monstrueuse félonie qui a consisté à désarmer les Harkis et autres supplétifs et à les condamner, en les renvoyant dans leurs douars ou leurs villages, aux tortures les plus abominables et à la mort la plus atroce, pour satisfaire aux exigences des terroristes que l’Etat français reconnaissait soudain comme seuls interlocuteurs !


HONTE A CES HOMMES QUI SE DISENT COMBATTANTS, DES CONBATTUS SANS HONNEUR, SUREMENT, ET QUI NE PENSAIENT QU'A LA QUILLE !!!
CAR TOUTES CES ATROCITES SE DEROULENT APRES LE 19 MARS 1962.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SantoniA

avatar

Nombre de messages : 842
Date d'inscription : 28/11/2009

MessageSujet: Re: FNACA CACA FIGARO COLLABO   Mer 12 Jan - 5:23

cherry cherry cherry cherry cherry




Les pillards de la FNACA, par Emmanuel Ratier

La mutuelle proche du PC veut cacher l'énorme trou de 30 millions et ne pas démobiliser les anciens d'Algérie.
La mutuelle de la Fnaca, la Fédération des Anciens Combattants d'Algérie, largement pénétrée par le PC, est pratiquement en état de cessation de paiement. Le déficit cumulé dépasse les 30 millions de francs. La vérité est tue aux adhérents. En effet, Il n'y a pas eu que mauvaise gestion.
Même le comptable se servait dans la caisse.


Pour les neuf premiers mois de 1985, il apparaît une perte d'exploitation qui se chiffre à 2 238 134 F. Il est bien certain que la responsabilité de l'ancien directeur de la caisse est en cause. Le conseil a eu raison de demander à Raymond Froumentin de cesser ses activités.

Un travail de recherches dans la comptabilité a permis de constater un premier détournement de fonds effectué par le comptable, Klenner, à son profit. Entre le 5 janvier 1984 et le 28 mai 1985, il a ainsi pu détourner 1 450 000 F en chèques et 180 000 F en espèces. « En tant que président, j'ai été amené à signer des chèques à l'avance. Il est bien entendu que la plus grande discrétion doit être observée par chaque membre du Comité national. Ces renseignements ne doivent pas sortir du cadre de la Fnaca. »

Ces propos confidentiels révélant le piètre état de santé de la caisse nationale mutualiste de la Fnaca, tenus par le président Jacques de Jaeger au comité national des 20 et 21 septembre 1986, il aura donc fallu plus d'un trimestre pour les connaître.
Depuis plusieurs années, la caisse mutualiste de la Fnaca, cette association d'anciens d'Algérie largement contrôlée par le PC, est en quasi-faillite à la suite de la gabegie qui y régnait. Et les adhérents ne sont même pas tenus au courant.
La Fnaca, dirigée comme un syndicat, a choisi pour insigne de ralliement les deux mains entrecroisées identiques à celles de la CGT. Elle regroupe difficilement 10 % des 3 millions de combattants en Afrique du Nord entre 1954 et 1962. On connaît son engagement politique très prononcé, notamment pour imposer la scandaleuse date du 19 mars 1962 comme commémoration officielle au même titre que le 11 novembre.

En 1970, les responsables ont créé une caisse de mutuelle avec trois secteurs : retraite, médico-chirurgical, garantie obsèques. Guy Ramis en devient le directeur, coiffé en 1976 par Raymond Froumentin puis Jacques de Jaeger en 1979. qui en assumait la présidence jusqu'à ces derniers mois.

Déficit

Depuis quelques années, la situation n’a cessé de se dégrader à la mutuelle comme en témoignent les multiples changements de postes et d'équipe dirigeante. En septembre 1983. Exit Guy Ramy au profit d'une nouvelle équipe censée mettre de l'ordre dans les comptes. C'est qu'en 1982 un expert comptable consulté a mis en évidence un déficit de 24 millions et des poussières. Déficit qui n'a cessé de s'aggraver depuis.

Le conseil d'administration du 23 juin dernier, dont le procès-verbal s'apparente plus à celui de la police qu'à celui d'une assemblée d'anciens combattants. A cette date, il n'y a toujours aucun bilan « après la découverte de comptes bancaires ignorés de l'expert comptable ». De même, « des réserves sont émises sur le sérieux du service comptabilité (...). Des comptes en banque étaient occultés, des rapprochements bancaires non effectués (...). Le service a découvert certaines lacunes graves, notamment la signature de chèques en blanc. » Et cela continue ainsi sur plusieurs pages.

Bien entendu, il ne faut pas que les adhérents soient au courant. Et au contraire, il faut augmenter les cotisations pour boucher le trou. En quelques mois, outre le renouvellement complet de l'équipe comptable et de plusieurs personnalités de premier plan à la Fnaca, on procède sans en donner les raisons au relèvement de la cotisation médico-chirurgicale de 20 % et de 40 % pour les adhérents de plus de soixante ans, augmentation du droit d'inscription, prestations modifiées dans un sens restrictif, suppression du forfait pour l'optique, suppression des prêts d'honneur, relèvement des cotisations pour la garantie obsèques, etc. Inutile de dire que dans les colonnes de L'Ancien d'Algérie, on ne manquera pas d'accuser le gouvernement et la dureté des temps.

Depuis lors, la situation ne s'est nullement améliorée, une bonne partie du déficit étant en réalité chronique : l'imprimerie de la Fnaca compte par exemple 56 personnes. La Fnaca envisage de louer une partie de ses locaux, avenue de Gâtines, et de mettre en gérance ses maisons familiales.

Tout l'objectif est donc de cacher l'existence de cette double comptabilité, ces chèques en blanc, ces détournements de fonds, le déficit allant se creusant. C'est ce qu'avoue crûment l'un des membres du conseil de la Caisse, Pelletier : « Je crains que la situation de la mutuelle soit divulguée à l'extérieur de la Fédération, notamment par les médias. Et que le ministre des Affaires sociales ne nous envoie un contrôleur de gestion. » Dont acte. Tout ce joli monde pourrait bien se retrouver inculpé pour abus de biens sociaux et dissimulation de situation avec détournement de fonds.

Source : Faits et Documents
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albaroc



Nombre de messages : 339
Date d'inscription : 24/07/2008

MessageSujet: Re: FNACA CACA FIGARO COLLABO   Lun 31 Jan - 10:30

Twisted Evil

Nos anciens se souviennent d’un certain phénomène de mode appelé « décolonisation ». Or, aujourd’hui chanter la « décolonisation » c’est une manière de pécher majeur totalement ignoré par nos savants et patriotiques médias.
La preuve : la modeste et très enlevée complainte de Claude Barzotti promise aux meilleurs scores, comme tous les grands tubs, est volontairement ignorée de tous nos grands médias qui ont tous, semble-t-il, mis leur veste à l’envers ou qui préfèrent la pratique de la désinformation. Pour vous en convaincre : écoutez et n’hésitez pas à fredonner l’énorme tub qui suit :




LaFrancea.pps

bom affraid bom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albaroc



Nombre de messages : 339
Date d'inscription : 24/07/2008

MessageSujet: Re: FNACA CACA FIGARO COLLABO   Jeu 17 Mar - 9:56

What a Face

...et depuis bientôt cinquante ans, chaque année je m'indigne.

No ...et le 19 mars ?... Revenons à l'Histoire pour comprendre



FindelAlgerieFrancaise2.pps


Ce 19 mars encore, certains qui confondent toujours capitulation et trahison avec victoire et honneur vont défiler pour commémorer les combats qu'ils n'ont pas menés.





study study study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SantoniA

avatar

Nombre de messages : 842
Date d'inscription : 28/11/2009

MessageSujet: Re: FNACA CACA FIGARO COLLABO   Ven 18 Mar - 7:51

flower cheers flower



1°/ La guerre d’Algérie ne s’est pas terminée à la date du 19 mars 1962

La campagne officielle sur le terrain des opérations s’est terminée le 2 juillet 1962 (date de l’indépendance) comme l’atteste le décompte des services de tous les personnels militaires qui y ont séjourné entre le 19 mars et le 2 juillet 1962.

Pour qu’il y ait véritablement cessez-le-feu, il faut que les deux adversaires le respectent. Or, historiquement, ce ne fut pas le cas. Si, en application des accords d’Evian signés la veille, l’armée française a effectivement, le 19 mars 1962, respecté le cessez-le-feu imposé à chaque partie en repliant aussitôt ses unités sur leurs bases, l’adversaire FLN, profitant de ce regroupement unilatéral, et violant délibérément les dispositions des articles 2 et 3 de ces accords, a occupé l’ensemble du terrain d’où il avait été chassé dans les mois précédents, franchissant même les frontières tunisienne et marocaine au-delà desquelles il était confiné.

Ayant ainsi le champ libre, il s’est livré à des représailles sur les populations, que nos troupes avaient, jusque là, protégées, dont l’ampleur relève du génocide. Il en est résulté un nombre de morts ou disparus civils que les historiens les plus sérieux estiment à un minimum de 150.000 chez les soldats, harkis et autres supplétifs et leurs familles dans la population musulmane, auxquels s’ajoutent plusieurs milliers de morts ou disparus dans la population européenne dite Pied Noir.

Ces massacres ont été perpétrés dans des conditions épouvantables qui rappellent étrangement ceux qui, par la suite, dans l’Algérie indépendante, ont eu lieu de manière chronique.

De surcroît, plusieurs dizaines de soldats français de l’armée régulière ont été tués ou blessés après le 19 mars, soit dans des accrochages avec le FLN, soit dans des attentats FLN contre nos militaires.

Ainsi, l’Histoire devrait-t-elle retenir que la guerre d’Algérie a fait, un nombre de victimes triple après sa fin « officielle » qu’avant.

A lui seul, le fait historique de violation des clauses du cessez-le-feu par le FLN interdit qu’on en commémore le souvenir.



2°/ En aucune manière le 19 mars 1962 ne peut être comparé aux deux armistices

Le 11 novembre 1918 et le 8 mai 1945 mettaient fin aux deux Guerres mondiales au cours desquelles la France avait subi des souffrances considérables, et vu son sol occupé pour un cinquième dans la première, et en totalité, dans la seconde. En aucune manière, ces deux guerres mondiales ne supportent la comparaison avec les événements d’AFN, ni par l’ampleur, ni par les pertes humaines, ni par les dommages de guerre.

D’ailleurs, lorsqu’un terme fut enfin apporté par un armistice (et pas seulement un cessez-le-feu) respecté de part et d’autre, aux épreuves de ces deux Guerres mondiales, ce fut un jour de liesse extraordinaire sur le front, et dans nos villes et villages. Rien de tel, bien au contraire, sur le sol métropolitain et dans nos unités, en Algérie. Quant à nos compatriotes de l’autre côté de la Méditerranée et les populations qui nous étaient restées fidèles, ce fut le début de leurs tourments.

La rébellion en Algérie, qui prit naissance le 1er novembre 1954 et qui s’est poursuivie jusqu’à l’indépendance algérienne, le 2 juillet 1962, soit pendant près de 8 ans, s’est toujours déroulée sur le sol français, les départements algériens faisant partie intégrante de la République française, au même titre que la Corse, la Réunion et les Antilles-Guyane.

Il s’agissait donc, contrairement aux deux Guerres mondiales, d’une affaire franco-française. Jusqu’à présent, la France s’est toujours abstenue de commémorer les drames nationaux de la honte. On ne commémore pas l’armistice du 22 juin 1940.



3°/ Le choix du 19 mars a une signification politique

Mais, au-delà des arguments énoncés par la FNACA pour justifier son choix de la commémoration du cessez-le-feu en Algérie, la question se pose de savoir pourquoi cette association s’accroche-t-elle avec autant d’acharnement à la date du 19 mars et pourquoi est-elle aussi vivement soutenue par le parti communiste français et un certain nombre de personnalités et prétendus "historiens" ou "spécialistes" de la guerre d’Algérie.

Pendant toute la campagne d’Algérie, le principal opposant à la politique française en Algérie fut le parti communiste. A l’époque de la guerre froide où ce parti appliquait avec conviction les consignes qu’il recevait de Moscou, il ne pouvait, à l’instar du Bloc de l’Est, que soutenir la rébellion algérienne.

C’est ce qu’il fit, et pas seulement par son opposition politique parlementaire et journalistique. Plusieurs affaires dévoilées à l’époque ont montré qu’il pouvait aussi avoir recours à des soutiens plus directs concernant notamment la désertion de certains de ses membres (comme, par exemple, l’aspirant Maillot) vers les rangs du FLN, l’appui matériel et financier dont l’aboutissement, entre autre, a été l’acheminement d’armes de pays de l’Est vers les camps extérieurs du FLN qui ont, ensuite, été utilisée contre des soldats français, en particulier des appelés du contingent.

Or, les militants communistes ont toujours été très actifs au sein des instances nationales de la FNACA où ils ont occupé des postes clés, et ce depuis sa création, en pleine guerre d’Algérie en septembre 1958 (elle portait alors le nom de FNAA (Fédération Nationale des Anciens d’Algérie), le « C » de combattants ayant été rajouté à son 4ème congrès national en mars 1963).

Pour se convaincre de l’action convergente des dirigeants de la FNACA et du parti communiste, il suffit de se reporter aux débats des 15 et 22 janvier 2002 à l’Assemblée Nationale sur le projet de loi tendant à officialiser la date du 19 mars pour la commémoration des événements d’AFN. La lecture des explications de vote des députés communistes et l’étude des scrutins sont édifiantes.

Parmi les votes positifs, aucune défection (35 inscrits = 35 votants et 35 voix pour). Quant aux défections dans tous les autres groupes parlementaires de la majorité dite « plurielle » d’alors, qu’elles soient sous forme d’abstentions ou sous celles de votes négatifs, elles sont importantes, et, à peu près, également réparties.

Aussi est-il permis de s’interroger sur les véritables instigateurs de ce projet de loi adopté à l’issue du débat du 22 janvier 2002 dont on observera cependant qu’il ne connut aucune suite sous le gouvernement Jospin de l’époque.

Il est significatif d’observer que les personnalités ou les organisations les plus engagées dans les campagnes antimilitaristes ou de dénigrement systématique de l’action de l’Armée française en Algérie sont, aussi, celles qui se déclarent les plus attachées à la commémoration du 19 mars. On y trouve, notamment, un certain nombre de noms que l’on a pris l’habitude de regrouper sous l’éloquent vocable de « porteurs de valises ».

Ainsi, tout naturellement, la date du 19 mars commémorée en Algérie comme celle de la « victoire » du FLN sur l’armée française, comme l’a illustré un timbre célèbre de la poste algérienne édité au 35ème anniversaire du cessez-le-feu, marque-t-elle aussi la victoire idéologique des communistes français et de leurs alliés à l’issue de cette guerre.


Général François LESCEL
Président de la FARAC






Je crois que kadhafi a raison Sarkösy est affraid

"Nous réagissons aux annonces inquiétantes du ministère de la Culture sur les célébrations de 2012, avec la possible officialisation du 19 mars 1962 comme fin de la guerre d'Algérie. C'est contraire aux engagements écrits du candidat Sarkozy en 2007. On va demander au préfet de lui transmettre une lettre ouverte pour qu'il renonce à ce projet."

Lisez plutôt :

http://www.ladepeche.fr/article/2011/03/18/1037899-Pieds-Noirs-et-harkis-en-colere.html






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albaroc



Nombre de messages : 339
Date d'inscription : 24/07/2008

MessageSujet: Re: FNACA CACA FIGARO COLLABO   Dim 20 Mar - 15:05

pale pale pale

OUI; 19 MARS... CESSEZ LE FEU DE LA HONTE !


http://www.sedcontra.fr/La-Une/Cessez-le-feu-de-notre-Honte-J-12.html




Pour celles et ceux qui veulent être informés.




pale pale pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albaroc



Nombre de messages : 339
Date d'inscription : 24/07/2008

MessageSujet: Re: FNACA CACA FIGARO COLLABO   Dim 27 Mar - 4:42

study study study

Souliers ???

A chacun les siens...les nôtres ont généré une expression sur la couleur des pieds...mais la plupart des gens n'en connaissent pas l'origine.
Et parler des pieds, et de leur couleur... pour une majorité c'est faire preuve de mauvais goût, pour ne pas dire d'indécence.

Bon W-E



EdB-pour-une-paire-de-souliers.pps


sunny sunny bom sunny sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SantoniA

avatar

Nombre de messages : 842
Date d'inscription : 28/11/2009

MessageSujet: Re: FNACA CACA FIGARO COLLABO   Mar 29 Mar - 4:43

sunny     cheers     sunny



Citation :
Article Midi libre.com
La FNACA a commémoré le 49e anniversaire du cessez-le-feu en Algérie.

Pour les anciens combattants en Algérie, la guerre s'est arrêtée le 19 mars à midi, au lendemain de la signature des accords d'Evian. Une guerre dans laquelle furent engagés 1 300 000 appelés et 400 000 militaires et qui a tué 25 000 soldats et fait 400 000 victimes civiles. Les anciens combattants, la municipalité, et la population se sont rassemblés au quartier de la Peyrade dans un premier temps puis ensuite devant la stèle de lycée Maurice-Clavel pour célébrer le 49 e anniversaire du cessez-le-feu, mettant fin à ce conflit. François Giraud, le président du Comité FNACA fit la lecture de l'ordre du jour n°11 du général Ailleret du 19 mars 1962 qui annonça le cessez-le-feu en Algérie.

Des gerbes ont ensuite été déposées par la FNACA et la municipalité représentée par Pierre Bouldoire, maire de Frontignan la Peyrade. Le président a ensuite procédé à la remise de distinctions à trois anciens combattants. La manifestation s'est achevée par moment très émouvant avec l'interprétation de la chanson l'Algérie de Serge Lama.


Pour tous ceux qui ignorent la vérité, je vous donne ma modeste contribution.  

Un homme sans honneur le Général AILLERET.



Affaire Général Ailleret

http://www.algerie-francaise.org/ailleret/p1.shtml

http://www.algerie-francaise.org/ailleret/index.shtml



Citation :
"IL N'EST PAS QUESTION QUE LE 19 MARS SOIT UNE DATE OFFICIELLE DE COMMEMORATION. Il est arrogant de condamner et de mépriser la douleur qui fut la vôtre et celle de vos famille lorsque vous fûtes chassés de vos terres, de vos maisons, et séparés de vos amis. Je le répète, c'est par respect pour vous que je n'accepterai pas que la date officielle de la commémoration des morts de la Guerre d'Algérie soit celle du cessez le feu, qui de surcroît, n’a pas été respecté."
Nicolas SARKOZY  -16 avril 2007-








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FNACA CACA FIGARO COLLABO   

Revenir en haut Aller en bas
 
FNACA CACA FIGARO COLLABO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Figaro: Sous perfusion alimentaire, Haïti sombre dans le chaos
» CACA 40
» Le Figaro truque un sondage
» Figaro (Pinocchio) [Réservée]
» Beaumarchais / Le Mariage de Figaro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
forum sur Frontignan et ses environs :: Politique et actualité hors et à Frontignan :: Là,-
Sauter vers: