forum sur Frontignan et ses environs

forum de discussion
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 MORT D'UN TRAITRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Albaroc



Nombre de messages : 339
Date d'inscription : 24/07/2008

MessageSujet: MORT D'UN TRAITRE   Mar 3 Juin - 14:47

pale 





Mort d’un traitre...qui en a fréquenté quelques autres...



     Jean-Louis Hurst, journaliste au quotidien « LIBERATION » depuis le début des années 70, et dont Il sera l’une des figures de ce journal durant quelques décennies, est mort à l’âge de 78 ans, le 13 mai 2014 à l’hôpital Paul Brousse de Villejuif.
     Officier déserteur de l’armée française lors de la guerre d’Algérie, Jean-Louis HURST, a été enterré selon sa dernière volonté au cimetière chrétien d’El Medania, à Diar Essaâda où il a été drapé dans le drapeau algérien et a bénéficié de funérailles nationales en présence du représentant du premier ministre et de nombreuses figures de la révolution encore en vie.
     Luc Chaulet, fils de l’autre traître Pierre Chaulet, a entonné, en cette occasion, la chanson « Le Déserteur, accompagné par un chœur de femmes scandant à l’unisson les paroles bien connues de Boris Vian.
Trompettes et roulements de tambours conféraient le caractère très solennel de cette cérémonie.
      Né le 18 septembre 1935 à Nancy, Jean-Louis Hurst, alors instituteur, avait adhéré au Parti communiste par opposition à la guerre d’Indochine et il jubilera lors du désastre de Dien Bien Phu puisque l’un des objectifs du PC était de s’opposer à l’armée française sur tous les théâtres d’opérations.
     Dès le début il embrasse la cause palestinienne car il assimile les israéliens aux colons d’Algérie qu’il déteste.
     Il s’engage dans l’armée française pour mieux la combattre de l’intérieur.
Officier et affecté en Algérie en septembre 1958, Jean-Louis Hurst déserte et se réfugie à Bâle où il organise un réseau qui rassemble les insoumis.
    Il entre en contact avec le réseau des « porteurs de valise » organisé par Francis Jeanson grâce au professeur André Mandouze.
     A partir de 1958 il assurera ainsi le passage des porteurs de valise vers la Suisse, l’Allemagne et l’Italie pour le compte du FLN, effectuant lui-même des transports de fonds clandestins.
     Ce financement a permis à l’ALN (Armée Nationale Algérienne) d’acquérir des armes qui ont servi à tuer des milliers de jeunes soldats français et de civils innocents sur le territoire algérien.
     Hurst soutient activement la révolution algérienne contre sa patrie, la France.
      Il publie aux Editions de Minuit, sous le pseudonyme « Maurienne », un livre intitulé « Le Déserteur », qui sera interdit.
      Après l’indépendance Jean-Louis Hurst reste quelques temps en Algérie et deviendra l’un de ces « Pieds-rouges » qui, devant le peu d’importance que leurs accordent les gouvernements successifs, reviennent en France, vers la fin des années 60, pour mieux vivre dans le pays qu’ils ont trahis.
 
   Journaliste modèle d' un grand quotidien parisien afin de pouvoir poursuivre en toute impunité sa politique de désinformation et n'hésitant pas à afficher jusqu'à  sa dernière heure sa haine de sa patrie en souhaitant que sa dépouille repose en terre étrangère.




 pale  pale  pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SantoniA

avatar

Nombre de messages : 842
Date d'inscription : 28/11/2009

MessageSujet: Re: MORT D'UN TRAITRE   Jeu 5 Juin - 17:17

2  affraid 14


Bonjour monsieur Albaroc, vous n'êtes pas sans savoir que beaucoup de traîtres sont encore vivants, d'ailleurs dans ce beau pays, ils sont légions... les porteurs de valises  Arrow 



Le 14 juillet 2014, il est question de faire défiler ou représenter le FLN et le viet minh sur les Champs Elysés, pour les commémorations des guerres.


Mettons les points sur les i  :


"Les participants à toutes ces guerres et batailles étaient des Français, et ceci depuis le Sénatus-Consulte du 14 juillet 1865 accordant la nationalité française à tous les musulmans d’Algérie.

L’Algérie, terre française, n’existe plus depuis plus d’un demi-siècle.
Comment l’Algérie algérienne pourrait-elle représenter ces vaillants soldats Français, alors qu’à l’indépendance, elle les a pourchassés et mis à mort par milliers, dans les conditions les plus infâmes de la barbarie.

Ces anciens combattants de la Première et la Seconde Guerre mondiale, auxquels le FLN a fait avaler leurs médailles avant de les mettre à mort.

Ces Harkis, soldats français que le FLN a pourchassés comme des animaux, poussant la cruauté à mettre à mort les habitants (hommes, femmes, vieillards et enfants) de villages ayant recueilli, ne serait-ce qu’un seul harki traqué ?

Inviter à des commémorations  ceux qui furent les bourreaux de nos anciens combattants est indigne."



 auline



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
MORT D'UN TRAITRE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La mort d'un double traitre !
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
forum sur Frontignan et ses environs :: forum perso non-officiel sur Frontignan-
Sauter vers: